Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Beyond Borders

Travel blog

Antigua Guatemala

Antigua Guatemala

Après avoir franchi la frontière du Guatemala avec l'inertie propre au passage de frontière terrestre, nous posons nos sacs à Antigua Guatemala. Cette ville coloniale fut fondée par les espagnols en 1543 pour devenir la capitale de la Capitainerie générale du Guatemala (ou Royaume de Guatemala), province de la Nouvelle-Espagne qui comprenait les actuels Costa-Rica, Nicaragua, El Salvador, Honduras, Belize, Guatemala, et l'Etat du Chiapas au Mexique.

Elle est souvent citée dans le classement des plus belles villes coloniales, voire du monde tout court. Alors, nous qui aimons bien les classements, ne pouvions pas passer à côté. Après tout, ce pays n'était pas plus prévu au programme que le Mexique et sur la carte, Antigua ne paraissait pas très loin de là où nous étions au Chiapas, Etat mexicain frontalier du Guatemala.

L'Arche de Santa Catalina (ou Catarina), monument emblématique de la ville qui permettait aux religieuses du couvent de passer de leur cloître au bâtiment situé de l'autre côté de la rue sans être vues

L'Arche de Santa Catalina (ou Catarina), monument emblématique de la ville qui permettait aux religieuses du couvent de passer de leur cloître au bâtiment situé de l'autre côté de la rue sans être vues

Antigua se trouve au centre du Guatemala, à 1530 mètres d'altitude, dans la vallée de Panchoy, cernée par les volcans Agua (3766 m), Fuego (3763 m), Acatenango (3976 m). Cet environnement contribue à la beauté du site et à son caractère exceptionnel mais il rappelle aussi à ses habitants qu'ils vivent dans un pays susceptible d'être touché plus que les autres par une catastrophe naturelle. Le Guatemala figure d'ailleurs au quatrième rang de la liste établie par l'ONU des pays où la population est la plus exposée aux risques liés aux catastrophes naturelles (World Risk Index). L'histoire d'Antigua Guatemala en témoigne. La plupart de ses édifices religieux portent les stigmates de ces calamités passées.

 

Vue sur la ville du Cerro de la Cruz (en haut). L'Eglise de la Compañia de Jesús et le couvent Santa Clara (en bas)
Vue sur la ville du Cerro de la Cruz (en haut). L'Eglise de la Compañia de Jesús et le couvent Santa Clara (en bas)Vue sur la ville du Cerro de la Cruz (en haut). L'Eglise de la Compañia de Jesús et le couvent Santa Clara (en bas)

Vue sur la ville du Cerro de la Cruz (en haut). L'Eglise de la Compañia de Jesús et le couvent Santa Clara (en bas)

Depuis sa fondation en 1943 sous le nom de Santiago de los Caballeros de Guatemala, la ville a survécu à de nombreuses catastrophes naturelles, séismes, inondations et éruptions volcaniques  avant d'être abandonnée à la suite d'un tremblement de terre de magnitude 7,5 en 1773.

Toujours le volcan del Agua en arrière planToujours le volcan del Agua en arrière plan

Toujours le volcan del Agua en arrière plan

Lassés des séismes à répétition dont elle fut victime, les espagnols transférèrent leur capitale 45 km plus à l'est, à l'emplacement de l'actuel Guatemala city et Santiago de los Caballeros de Guatemala devint alors la Antigua Guatemala. 

L'Eglise de la Merced récemment restaurée et son couvent construit par un amateur de fontaine trop grande (27 m de diamètre)
L'Eglise de la Merced récemment restaurée et son couvent construit par un amateur de fontaine trop grande (27 m de diamètre)L'Eglise de la Merced récemment restaurée et son couvent construit par un amateur de fontaine trop grande (27 m de diamètre)

L'Eglise de la Merced récemment restaurée et son couvent construit par un amateur de fontaine trop grande (27 m de diamètre)

Ce changement de statut lui a certainement été profitable en lui permettant d'éviter les risques liés à l'expansion inévitable qui aurait été la sienne si elle était restée la capitale du pays. La ville qui s'est donc pour l'essentiel construite et enrichie en 230 ans est restée largement figée dans cette époque. Son plan urbain en damier orienté sur les quatre points cardinaux et tracé autour de la place centrale est resté dans son jus d'antan, le même depuis le 16ème siècle et la plus grande partie de son patrimoine bâti date du 17 et 18ème siècle. Et tout cela est un minimum protégé, de sorte que même la devanture du Mac Donald n'a pas réussi à défigurer le bâtiment qui l'abrite. 

Le Palacio de los Capitanes Generales au sud de la place centrale aujourd'hui siège administratif du département occupé, de la police et office du tourisme, hier demeure du représentant du Roi d'EspagneLe Palacio de los Capitanes Generales au sud de la place centrale aujourd'hui siège administratif du département occupé, de la police et office du tourisme, hier demeure du représentant du Roi d'Espagne

Le Palacio de los Capitanes Generales au sud de la place centrale aujourd'hui siège administratif du département occupé, de la police et office du tourisme, hier demeure du représentant du Roi d'Espagne

L'ancienne capitale fut délaissée et quasiment abandonnée pendant près d'un siècle avant de  se repeupler doucement notamment au milieu du 19ème siècle grace à l'intensification de l'agriculture dans la région. Aujourd'hui, la ville a retrouvé son éclat et une intense activité notamment grâce à l'aide internationale et sous la pression d'un important développement touristique dont certains craignent qu'il ne risque de porter atteinte à l'intégrité d'une ville classée en 1979 sur la liste du patrimoine mondial de l' UNESCO

Le lavoir toujours utilisé par les habitants d'Antigua

Le lavoir toujours utilisé par les habitants d'Antigua

Le Palais des Capitaines Généraux, la Maison de la Moneda, la Cathédrale, l'Université de San Carlos, le Couvent de Las Capuchinas, L'Eglise de la Merced et son couvent, le Couvent de Santa Clara (probablement le plus beau couvent en ruine à visiter) figurent notamment parmi les monuments historiques les plus remarquables de la ville.

Le paysage architectural se caractérise notamment par des bâtiments massifs aux murs épais et aux tours basses pour mieux résister aux séismes. Ces derniers singularisent une variation stylistique régionale, le "barroco antigueño".

Par rapport à San Cristobal de las Casas d'où nous arrivons, nous notons quelques différences  apparentes comme par exemple la taille plus imposante des bâtiments qui témoigne de la richesse passée plus importante de cette ancienne capitale, la largeur plus importante de ses rues, son pavage plus petit et en mauvaise état datant probablement du 16ème siècle qui a le mérite de nettement ralentir les voitures qui sont relativement nombreuses et l'absence regrettable de rues piétonnes (sauf le week end).

Couvent de Las Capuchinas, un des rares grands édifices de la ville ayant résisté aux tremblements de terre
Couvent de Las Capuchinas, un des rares grands édifices de la ville ayant résisté aux tremblements de terre
Couvent de Las Capuchinas, un des rares grands édifices de la ville ayant résisté aux tremblements de terre

Couvent de Las Capuchinas, un des rares grands édifices de la ville ayant résisté aux tremblements de terre

La richesse de son patrimoine historique et l'esprit de conservation qui anime ses lointains protecteurs n'a pas encore transformé Antigua en ville-musée. Antigua est bien vivante. Ses 41.000 habitants actuels (contre 60.000 en 1773) sont bien là pour en témoigner.

Le marché à l'ouest de la villeLe marché à l'ouest de la ville
Le marché à l'ouest de la ville

Le marché à l'ouest de la ville

Il est vrai qu'elle vit sur un autre rythme que celui des autres villes du pays, celui propre aux villes principalement vouées au tourisme. La nouvelle Antigua est truffée de luxueux hôtels, bars branchés, restaurants, boutiques, écoles de langue et agences de voyages pour touristes dont les prix sont bien entendu inaccessibles à la quasi-totalité des locaux dont le salaire mensuel moyen n'excède pas 250 €.

En haut, l'Eglise de Nuestra Señora del Carmen et le marché artisanal attenant
En haut, l'Eglise de Nuestra Señora del Carmen et le marché artisanal attenantEn haut, l'Eglise de Nuestra Señora del Carmen et le marché artisanal attenant

En haut, l'Eglise de Nuestra Señora del Carmen et le marché artisanal attenant

Il est bien sûr possible de côtoyer les guatémaltèques qui vous accueillent la plupart du temps avec un large sourire sans essayer d'obtenir quoi que ce soit de vous de plus que de simples échanges cordiaux. Si l'intensification du tourisme tend la plupart du temps à tuer ce genre d'échange, il nous a pas semblé que ce fut le cas ici. Nous pensons à cela avec regret alors que nous sommes acuellement sur la côte caraïbe de la Colombie où l'acceuil de la population locale n'égale pas toujours ce niveau de bienveillance.

Tout comme les indiens du chiapas, les indigènes guatémaltèques n'apprécient guère être pris en photo. Il convient de leur demander la permission ou alors de faire preuve d'une très grande discrétion
Tout comme les indiens du chiapas, les indigènes guatémaltèques n'apprécient guère être pris en photo. Il convient de leur demander la permission ou alors de faire preuve d'une très grande discrétion
Tout comme les indiens du chiapas, les indigènes guatémaltèques n'apprécient guère être pris en photo. Il convient de leur demander la permission ou alors de faire preuve d'une très grande discrétion
Tout comme les indiens du chiapas, les indigènes guatémaltèques n'apprécient guère être pris en photo. Il convient de leur demander la permission ou alors de faire preuve d'une très grande discrétion
Tout comme les indiens du chiapas, les indigènes guatémaltèques n'apprécient guère être pris en photo. Il convient de leur demander la permission ou alors de faire preuve d'une très grande discrétion
Tout comme les indiens du chiapas, les indigènes guatémaltèques n'apprécient guère être pris en photo. Il convient de leur demander la permission ou alors de faire preuve d'une très grande discrétion
Tout comme les indiens du chiapas, les indigènes guatémaltèques n'apprécient guère être pris en photo. Il convient de leur demander la permission ou alors de faire preuve d'une très grande discrétion

Tout comme les indiens du chiapas, les indigènes guatémaltèques n'apprécient guère être pris en photo. Il convient de leur demander la permission ou alors de faire preuve d'une très grande discrétion

Nous sommes restés 9 jours à Antigua Guatemala, du 27 mai au 5 juin ce qui en fait notre plus long séjour depuis notre départ de France. Il y a plusieurs raisons à cela. D'abord, nous avons beaucoup aimé cette ville, son architecture, la gentillesse de ses habitants et son climat d'altitude. Ensuite, parce que nous avions choisi cette ville pour prendre une semaine de cours d'espagnol.

Rue d'Antigua et la place centrale où se réunissent notamment les indigènes pour vendre leur artisanat
Rue d'Antigua et la place centrale où se réunissent notamment les indigènes pour vendre leur artisanatRue d'Antigua et la place centrale où se réunissent notamment les indigènes pour vendre leur artisanat

Rue d'Antigua et la place centrale où se réunissent notamment les indigènes pour vendre leur artisanat

Enfin, parce que nous nous étions mis dans la tête d'aller grimper sur ce monstre qu'est l'Acatenango, un volcan de 4.000 mètres d'altitude et que cette perspective a maintenu un certain degré d'excitation dans nos esprits. 

On ne grimpe pas une montagne de cette altitude partout dans le monde surtout sans équipement, ni expérience, ni préparation. Chez nous en Europe, les montagnes de cette taille s'escaladent dans un froid souvent glacial à l'aide d'un matériel adapté et un minimum d'entraînement. Ici, on peut y aller en basket et avec un simple coupe vent (et beaucoup d'eau quand même). Bien sûr, le climat y est pour quelque chose. Mais, il faut dire aussi qu'on est ici moins attentif aux règles de sécurité que dans nos sociétés excessivement judiciarisées où le risque ne doit, par principe, plus exister.

 

Ascension du volcan Pagaya et volcan del Agua en arrière plan
Ascension du volcan Pagaya et volcan del Agua en arrière planAscension du volcan Pagaya et volcan del Agua en arrière plan
Ascension du volcan Pagaya et volcan del Agua en arrière plan

Ascension du volcan Pagaya et volcan del Agua en arrière plan

Finalement, nous ne sommes pas montés sur l'Acatenango lui préférant le Pacaya, plus modeste en taille (moins de 2h d'ascension) mais actif. La météo mauvaise en cette saison a guidé notre choix. Nous n'aurions pas apprécié faire autant d'effort (7h de montée pour l'Acatenango) pour se retrouver en haut sous la pluie et la grisaille, sans aucune vue. Nous n'avons finalement pas été déçus par ce second choix qui s'est révélé tout aussi bon, voire meilleur puisque nous n'aurions pas vu de lave sur l'Acatenango.

Nous n'aurions d'ailleurs pas dû en voir non plus sur le Pacaya car l'excursion était sensée s'arrêter après 1h30 d'ascension au niveau de la première photo ci-dessus où un panneau indiquait l'interdiction d'accès au cratère. Mais, devant l'insatisfaction générale et le caprice manifeste d'une jeune américaine, notre guide a accepté moyennant quelques sous (300 pesos soit 15 € pour l'ensemble du groupe) supplémentaires de nous mener au cratère. Nous ne l'avons pas regretté.

INFORMATIONS PRATIQUES

Ci-dessous, la cartographie google indiquant les principaux sites visés dans cet article ainsi qu'un plan schématique de la ville.

 
Antigua Guatemala

Où dormir à Antigua ? 

Par rapport au reste du Guatemala ou au Mexique la vie à Antigua et notamment l'hébergement est plus cher. Il faut compter en moyenne environ 30 € pour une belle chambre pour deux contre 20 € dans la plupart des endroits que nous avons visités au Mexique.

Frank & Fre : il s'agit essentiellement d'un bar/ restaurant qui dispose de 4 chambres dont un  dortoir mis à disposition des voyageurs. Notre chambre était relativement spacieuse, propre et disposait d'une sdb privée. Possibilité d'utiliser la cuisine du restaurant et de profiter de la terrasse avec sa jolie vue sur le volcan. Prix : 170 qtz pour la chambre privée (prix négocié pour la semaine, normalement 200 qtz). Parfois un peu de bruit jusqu'à minuit. Nous y sommes restés avec plaisir notamment parce que nous étions la plupart du temps seuls pour profiter de la  cuisine le matin ainsi que de la terrasse ensoleillée le reste de la journée. Calle 6a oriente à côté du Couvent de Santa Clara.

Antigua GuatemalaAntigua Guatemala

- El hostal : Nous avons malheureusement pas pu séjourner dans cette auberge qui était fermée pour fumigation durant notre passage. Cependant, il semblerait que ce soit l'un des meilleurs rapport qualité/ prix à Antigua, en tout cas l'une des mieux évaluées par ses hôtes et la plus récompensée des auberges de la ville (voire par ex. sur le site Hostelworld). Etablie dans une véritable maison coloniale, cette petite auberge dispose de dortoirs et de chambres privées. Prix : 11 / pers en dortoir, et environ 32 € pour une chambre privée avec sdb partagée. Petit déj inclus. 

Voire aussi dans les bons rapport qualité/prix/emplacement : Posada Don Valentino ou Huellas Hostel

Où manger à Antigua ? 

La nourriture de rue est moins intéressante qu'au Mexique mais nettement mieux qu'au Costa-Rica et qu'au Nicaragua. On peut manger très correctement dans la rue ou au marché pour 15-20 Q, soit moins de 2,5 €.

- Stands de rue devant l'Eglise de la Merced : c'est l'idéal pour goûter la cuisine locale pour pas cher comme les "tostadas" (tortilla de maïs frite recouverte de guacamole ou d'une autre sauce, accompagnée de crudités, pâtes, et viande au choix), une "crema de elote" (sorte de volouté de maïs salé ou sucré), ou encore les "rellenitos" (beignet sucré de banane plantain fourré à l'haricot ou à la crème).

Tostada ; rellenitosTostada ; rellenitosTostada ; rellenitos

Tostada ; rellenitos

- Comedor refacciones patty : Ce tout petit comedor situé 1 A calle poniente (à une centaine de mètres à l'ouest de l'église de la Merced) est devenu notre QG.  Seulement quelques places assises, la cuisinière guatémaltèque propose notamment une formule plat du jour accompagné d'une agua fresca (eau aromatisée) pour seulement 20 qtz. Plats simples mais bien cuisinés, avec une viande/ poisson et surtout des légumes (chose rare en Amérique centrale pour les repas à petit prix). Accueil adorable. 

 

Antigua GuatemalaAntigua GuatemalaAntigua Guatemala

- Panaderia y pasteleria Doña Luisa : Petit salon de thé avec terrasse intérieure. On peut y manger à toute heure, sucré ou salé. On a adoré le "pan de banano" (sorte de cake à la banane) qu'il est possible d'acheter en entier et à emporter pour quelques pièces (27 Q de mémoire).

- Bagel Barn : Comme son l'indique, sa spécialité est le bagel. Cela n'a rien de très local, mais on y mange de bons sandwichs (pain fait maison et produits frais) accompagnés d'un smoothie ou d'un café frappé. Le point fort de cet endroit est qu'il diffuse tous les soirs de la semaine un film récent ou un documentaire en espagnol ou en anglais.

Cafe No Se : Petit bar à la mode dont les spécialités sont les cocktails, le mezcal et les pizzas. Décor dans l'air du temps. Préférez une bière aux cocktails approximatifs et trop sucrés. On voulait pas en parler mais il semble que l'endroit soit devenu populaire en tout cas pour les touristes.

- Por Qué No ?  Tout petit café où l'on vient boire une bière pression ou un verre de vin, manger un morceau et faire des rencontres notamment avec des locaux. On est passé devant sans pouvoir rentrer. On aurait bien voulu mais c'était plein. Compte tenu de la taille de l'endroit c'est très vite plein.

- El mercado : Comme la plupart des marchés d'Amérique centrale, il est possible d'y manger pour quelques sous. Nous avons d'ailleurs pu goûter une spécialité guatémaltèque qui est le "pepián" (plat composé de poulet et de riz accompagné d'une sauce à base de graines de courge broyées, poivron et épices). Prix : 15 qtz plat + agua fresca. Délicieux choco-banano : banane glacée recouverte d'un chocolat fondu et d'éclats de cacahuètes (entre 1 et 6 Q au marché, plus ailleurs).

Antigua GuatemalaAntigua Guatemala

Activités à Antigua et à proximité :

Le marché municipal : le marché d'Antigua est situé à l'ouest de la ville juste à côté du terminal des bus. Il rassemble les produits de première nécessité : fruits, légumes, viandes, épices mais aussi vêtements, chaussures..

- Le marché artisanal : marché destiné aux touristes, contigü au précédent (au sud). On y trouve de jolies sacs ou pantalons colorés avec des tissues locaux, ceux du genre qu'on trouve super sur place et qu'on range dans son placard de retour à la maison.

 

 

Antigua GuatemalaAntigua Guatemala

- El tenedor del Cerro navette gratuite et fréquente depuis l'hôtel 5*, Casa Santa Domingo, calle 3a oriente à l'est de la ville. Belle vue depuis la terrasse du restaurant qui occupe cette coline privée à condition que le ciel soit dégagé, ce qui n'était pas le cas pendant notre visite. Petite galerie d'art et quelques scupture d'art moderne dans les jardins. Nous y sommes allés avec nos professeurs pour l'une de nos séances d'espagnol quotidiennes. Prix en rapport avec l'endroit mais on peut simplement venir y prendre un café.

- Ascension du Cerro de la CruzIl faut 20 minutes environ depuis le centre de la ville pour monter les quelques marches qui mènent au mirador duquel la vue sur la ville et le volcan del Agua est remarquable.

- Visite des couvents et églisesCe ne sont pas les églises et les couvents qui manquent à Antigua. Les couvents de Santa Clara et de las Capuchinas comptent parmi les plus beaux couvents de la ville. Il faut compter environ 50 quetz / pers pour l'entrée pour les plus chers, 8 Q pour les ruines de la Cathédrale.

L'arrière de la Cathédrale dont seule la façade baroque occupant le côté est de la place centrale a été restauréeL'arrière de la Cathédrale dont seule la façade baroque occupant le côté est de la place centrale a été restauréeL'arrière de la Cathédrale dont seule la façade baroque occupant le côté est de la place centrale a été restaurée

L'arrière de la Cathédrale dont seule la façade baroque occupant le côté est de la place centrale a été restaurée

- Lac Atitlán : Lac de 18 km sur 8 km entouré par trois grands volcans et quelques petits villages touristiques peuplés essentiellement par des populations indigènes descendantes des mayas. Pour s'y rendre chicken bus depuis le terminal pour une vingtaine de quetzales. Pour ceux qui n'aiment pas les transports locaux, la plupart des auberges d'Antigua propose des shuttles ou des tours tout organisés.

- Excursions volcans : Deux ascensions sont possibles, celle du volcan Acatenango et celle du volcan Pacaya. 

Acatenangol'ascension assez physique dure entre 5 et 7 heures jusqu'au sommet situé à 3 976 mètres d'altitude. Une fois au sommet, vue imprenable (si bonne météo) sur le volcan del Fuego toujours en activité (Il est possible d'apercevoir des jets et coulées de lave). Il est conseillé de faire cette excursion sur deux jours afin de passer la nuit sur le sommet et de pouvoir profiter des magnifiques coucher et lever de soleil. ​Cette excursion est proposée par de nombreuses agences sur 1 ou 2 jours, avec possibilité de prêt de matériel (sac à dos, tente, sac de couchage, même des manteaux), repas inclus. Prix : autour de 250 qtz​.

Pacaya : la montée dure moins de 2 heures. Il s'agit de l'un des rares volcans en activité dont il est possible de faire l'ascension. Nous avons eu la chance de pouvoir monter jusqu'au cratère (en payant une petite rallonge au guide ) et de voir de la lave à quelques mètres de nous. Prix : autour de 80 qtz.

- Cours d'espagnol : Antigua est réputée pour ses nombreuses écoles de langues. Nous avons trouvé l'école proposant les cours les moins chers de la ville pour une semaine (65 $ US les 20 heures de cours individuel, soit 4 heures par jour sur 5 jours). Bon, il faut reconnaître que les professeurs ne sont pas très académiques, il s'agit donc plus de conversation que de véritables cours mais cela suffit largement pour progresser et pratiquer l'espagnol. Merci à Nineth et Gloria (gloria_antonietta@yahoo.com), pour leur gentillesse et leur patience et pour nous avoir fait découvrir un peu plus leur ville d'Antigua. Il est possible de les contacter directement sans passer par l'école Inter Continental Spanish Academy qui affiche d'ailleurs sur son site internet des prix sans aucun rapport avec celui qu'on a payé sur place (permet de justifier les promotions permanentes). Cela serait d'ailleurs plus profitable pour elles puisque cette dernière ne leur laisse que 20 $ sur les 65 $ que nous avons payés. Les locaux de l'école, inutilisables, étaient occupés par des poules. Les cours ont donc lieu dans un bistrot où dans tout endroit de votre choix. Si vous les contactez par mail ou facebook, elles receptionnent leurs messages en principe en fin de semaine.

Antigua GuatemalaAntigua Guatemala

- Village de San Juan del Obispo : petit village situé à 4km au sud-est d'Antigua, accessible en quelques minutes en bus depuis le terminal. Cette ville comprend d'antiques demeures coloniales dont le Palacio del Obispo (Palais de l'évêque), résidence du premier évêque du Guatemala dont la visite vaut certainement le détour.

Fabrique de chocolat à visiter pour acheter quelques souvenirs chocolatés (à deux pas de la place centrale).

Petite fabrique de chocolat et église de San Juan (le Palais de l'évêque est situé juste à gauche de l'église).Petite fabrique de chocolat et église de San Juan (le Palais de l'évêque est situé juste à gauche de l'église).

Petite fabrique de chocolat et église de San Juan (le Palais de l'évêque est situé juste à gauche de l'église).

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article