Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Beyond Borders

Travel blog

Etat de Oaxaca - Côte pacifique : Puerto Escondido

Etat de Oaxaca - Côte pacifique : Puerto Escondido

Le mois de juin qui marque la seconde moitié de notre voyage est déjà presque entamé d'une semaine quand nous décidons de revenir au Mexique pour quelques jours. Nous voulons visiter l'état de Oaxaca, sa côte et sa capitale, la ville de Puebla capitale de l'Etat du même nom et enfin la capitale du pays, Mexico city de laquelle nous prendrons l'avion pour la Colombie. Compte tenu du temps consacré au Mexique qui atteindra presque deux mois, il est d'ailleurs très probable que notre voyage s'achève fin juillet en Colombie plutôt qu'au Pérou. Nous nous sommes décidés à rejoindre la Colombie en avion depuis la ville de Mexico si possible avant la fin du mois de juin de manière à conserver un minimum de temps pour ce pays.

PUERTO ESCONDIDO

Nous décidons logiquement de commencer par la côte de l'Etat de Oaxaca de laquelle il nous faudra ensuite remonter plein nord en direction d'abord de la capitale de l'Etat, puis de celle du pays. Les détails pratiques relatifs au trajet qui nous a mené de la ville d'Antigua Guatemala jusqu'à Puerto Escondido figurent en fin d'article. Ils n'ont d'intérêt que pour ceux qui pourraient décider s'y frotter un jour.

Dans l'Etat de Oaxaca, les deux plus importantes destinations balnéaires sont Huatulco et Puerto Escondido. Nous avons choisi Puerto Escondido pour sa proximité avec les villages de Mazunte et de Zipolite au sujet desquels il se dit et se lit beaucoup de bonnes choses.

La seule grosse vague que nous ayons vue pendant notre court passage était sur cette cabane

La seule grosse vague que nous ayons vue pendant notre court passage était sur cette cabane

Puerto Escondido est une petite ville située sur la côte pacifique du Mexique, dans l'état de Oaxaca. Avant de devenir une station balnéaire courue par les surfeurs du monde entier, elle n'était qu'un petit village de pêcheur dont le port servi un temps à l'exportation du café.

Ce petit port de pêche qui ne comptait que quelques centaines d'habitants dans les années 1970 et comblait les quelques visiteurs, amateurs de nature sauvage s'est bien développé depuis que le gouvernement fédéral et celui de l'Etat de Oaxaca ont décidé au début des années 80 d'en faire un nouveau paradis touristique.

Les constructions inachevées sont légion, la plus grosse tâche située au nord de la baie a déjà trois ans (1ère photo)Les constructions inachevées sont légion, la plus grosse tâche située au nord de la baie a déjà trois ans (1ère photo)Les constructions inachevées sont légion, la plus grosse tâche située au nord de la baie a déjà trois ans (1ère photo)

Les constructions inachevées sont légion, la plus grosse tâche située au nord de la baie a déjà trois ans (1ère photo)

Dans une certaine mesure, ils y sont parvenus puisque la ville qu'on a visité qui compte aujourd'hui 45.000 habitants ne ressemble plus du tout au petit port de pêche qu'elle avait dû être 30 ans plus tôt. Cela dit, sur la route du paradis qui lui était promis, Puerto Escondido a dû manquer la bonne sortie ! 

Ramassage sur la plage de grosses fournies volantes (chicanants) à manger

Ramassage sur la plage de grosses fournies volantes (chicanants) à manger

Même si le littoral a été moins violenté ici qu'en d'autres endroits du Mexique et que les hôtels demeurent à ce jour de taille plutôt modeste, il n'en reste pas moins qu'ainsi urbanisée, la Costa Esmeralda, ne fait plus envie. Nous espérons quand même qu'elle contente suffisament de monde pour remplir de temps en temps tous ces hôtels qui pendant notre visite en juin semblaient désespéremment vides. Quel gâchi !

Playa Zicatela, petite vagues lors de notre visite mais forts courants : baignade interdite
Playa Zicatela, petite vagues lors de notre visite mais forts courants : baignade interdite
Playa Zicatela, petite vagues lors de notre visite mais forts courants : baignade interdite

Playa Zicatela, petite vagues lors de notre visite mais forts courants : baignade interdite

Puerto Escondido est devenue une banale station balnéaire bas de gamme et sans charme comme il y en a partout. Et, sauf à être un surfeur professionnel venu profiter des vagues de la Playa Zicatela, il faut mieux passer son chemin et venir par exemple directement à Mazunte.

Nous sommes quand même restés deux nuits à Puerto Escondido, le temps de se faire une idée par nous même puisque les guides et les conseils qu'on trouve ici où là sur internet ne sont que rarement objectifs.  Comme si tout le monde ne voyait pendant ses vacances que des superbes endroits... C'est bien sûr plus glamour quand on rentre au bureau de raconter qu'on a "trop kiffé " la plage paradisiaque qu'on est le seul à avoir eu la chance de trouver en exclusivité sur un site de vacances organisées qui en vend par ailleurs des milliers d'autres que de raconter la réalité nettement plus nuancée qu'on a vécue.

En continuant vers le sud de la playa Zicatela, toujours des constructions inachevées et une plage polluée
En continuant vers le sud de la playa Zicatela, toujours des constructions inachevées et une plage polluée

En continuant vers le sud de la playa Zicatela, toujours des constructions inachevées et une plage polluée

Pendant ces deux jours, nous avons quand même réussi à trouver deux endroits qui pourraient constituer des points de chute moins déplaisants. 

Situons nous d'abord. La ville est divisée en deux parties. La première qui correspond à la partie  la plus "ancienne" de la ville, où se trouvent les principaux commerces et le terminal de bus, se concentre au nord, derrière la baie principale jusque dans la coline qui la surplombe. La deuxième, plus récente et plus dispersée, borde la longue plage de Zicatela qui s'étend depuis la baie principale jusqu'à la punta Zicatela, au sud. C'est sur cette dernière où a lieu en novembre de chaque année une compétition internationale de surf. La plage de Zicatela aussi appelée "the mexican pipeline" est réputée pour ses vagues pouvant parfois atteindre 10 mètres de haut.

 
Etat de Oaxaca - Côte pacifique : Puerto Escondido

Le premier d'entre eux, la playa Carrizalillo est la seconde petite baie au nord de la baie principale. Celle-ci est assez fermée pour protèger la plage des courants mais laisse suffisament rentrer les vagues pour la pratique du surf. Cette belle plage est très agréable pour la baignade ainsi que pour le surf quand on a pas le niveau pour fréquenter les tubes de Zicatela. Sa taille modeste, laisse cependant supposer une forte fréquentation en haute saison. A 9h du matin en basse saison c'était parfait. L'avenue Benito Juarez à proximité immédiate comprend en outre tous les commerces, bistrôts et restaurants nécessaires ainsi qu'un petit cinéma.

Playa Carrizalillo
Playa Carrizalillo

Playa Carrizalillo

Le second, moins convaincant, se trouve au niveau de la "punta Zicatela", extrémité sud de la grande plage du même nom. Au premier regard, l'ambiance semble ici plus reposante qu'ailleurs et la végétation plus verte. Il semblerait quand même qu'il faille ici s'acclimater avec les babacool tout ramolis par le pétard ambient. Amusant un jour ou deux, peut être...

Punta Zicatela
Punta Zicatela
Punta Zicatela

Punta Zicatela

Finalement, c'est encore au marché qu'on était le mieux !

Nous n'étions pas les seuls à bien s'y sentirNous n'étions pas les seuls à bien s'y sentirNous n'étions pas les seuls à bien s'y sentir
Nous n'étions pas les seuls à bien s'y sentir

Nous n'étions pas les seuls à bien s'y sentir

Puerto Escondido

Cartographie avec l'indication des principaux endroits cités dans cet articles

INFORMATIONS PRATIQUES

Où dormir à Puerto Escondido ?

Casa Losodely : Auberge sans charme particulier mais spacieuse, propre, confortable et disposant d'une belle piscine. L'emplacement n'est pas extraordinaire mais a le mérite d'être  accessible à pied depuis le temrinal des bus situé à environ 5 minutes de marche. Proche également de la Playa Carrizalillo. Pour le prix, rien à redire. Chambre privée avec salle d'eau pour deux en basse saison : 400 pesos + 100 pour la climatisation. En haute saison 100 pesos de plus. Dortoir à partir de 130 pesos.

- A proximité de la Playa Carrizalillo : Villa Mozart y Macondo : un peu plus cher mais très belle auberge (30 € la ch. double à condition de la réserver sur hostelworld et pas directement sur le site de l'hôtel, ni sur Booking ou Expedia)  et Vivo Escondido Hostel (17 € la ch. double avec sdb partagée en basse saison et 22 € en haute saison ; 5 € de plus pour la salle d'eau dans la chambre ; dortoir pour 7 €) : piscine, petit déj inclus, belle cuisine commune. Il y a encore plus près de la plage avec l'Hostal Mondala Carrizalillo mais on ne l'a pas vu.

- Punta Zicatella : hébérgements globalement plus économiques : essayer par exemple Hostal Akumal (17 € la ch. et 6 € le dortoir) et pour les babacool, le Pacific Buddha Hostel (15 € la ch avec salle d'eau partagée et 6 € le dortoir). Cabañas sur la plage chez Buena Onda pour 200 pesos la nuit (10 €) : il n'y en a qu'une dizaine (et il faut mieux éviter les chambres dans le bâtiment principal et les dortoirs), il est préférable de réserver en haute saison.

Casa Losodely et sa piscine et les cabañas de Buena Onda à la Punta ZicatelaCasa Losodely et sa piscine et les cabañas de Buena Onda à la Punta Zicatela

Casa Losodely et sa piscine et les cabañas de Buena Onda à la Punta Zicatela

Cours de surf : nous avons demandé les prix à la playa Carrizalillo qui semble très bien pour débuter : cours 300 pesos ; location 1h pour 80 pesos et 200 pesos pour la journée.

Gribouiller sur les murs de Puerto Escondido : ça ne pourra pas lui faire grand mal !

Etat de Oaxaca - Côte pacifique : Puerto Escondido

 

Passage de frontière par Tecún Umán (côté Guatemala) / Ciudad Hidalgo (côté Mexique)

Pour repasser la frontière du Mexique en direction de la côte pacifique de l'Etat de Oaxaca, l'itinéraire qui nous a été recommandé par un vieillard sympathique croisé opportunément avant d'arriver au terminal des bus d'Antigua implique de passer par Escuintla, ville peu engageante située 40 km au sud d'Antigua. Ci-dessous, les différentes étapes que nous avons suivies pour nous rendre à Puerto Escondido le 5 juin 2016.

8h00 : Dernière montée au Cerro de la  Cruz puisque ce matin le ciel est suffisemment dégagé pour prendre une photo de la ville.

10h50 : Départ tardif du terminal d'Antigua en Chicken bus pour la ville d'Escuintla située 40 km au sud (8 Q / 1h).

12h00 : Arrivée à Escuintla, au terminal del Sur (voir plan).

13h10 : Après une pause déjeuner, nous trouvons l'arrêt de bus dans le virage d'un carrefour situé deux quadras à l'ouest du Parc central (voir plan). Départ immédiat pour Tecún Umán à la frontière du Mexique moyennant un prix de 100 Q/ pers. que nous avons réussi à négocier à 80 Q (c'est relativement cher pour le Guatemala mais le bus est direct (ce qui ne l'empêche pas de s'arrêter tout le temps comme un chicken bus) et roule à une allure raisonnable.

Carte d'Escuintla et localisation des arrêts de bus

Carte d'Escuintla et localisation des arrêts de bus

17h20Arrivée du bus à son terminus à Tecún Umán duquel il reste 1,3 km à parcourir jusqu'au poste frontière. Nous prenons un pousse-pousse pour arriver jusqu'au bureau des formalités de sortie (5 mn ; 10 Q/pers.).

17h30Nous faisons tamponner nos passeports et payons une taxe de 10 Q par personne. Vu le montant, nous n'avons pas vérifié sa légitimité, ni cherché à obtenir un reçu officiel, trop contents que nous étions cette fois-ci de ne pas avoir à payer quelque chose de significatif. Nous avions entendu dire qu'il fallait se méfier des postes frontières du Guatemala qui parfois essaient d'obtenir indûment quelques sous des touristes de passage. Pour l'entrée, nous avions pris le temps de vérifier qu'il n'y avait aucune taxe prévue par la règlementation. Nous ne l'avions pas fait pour la sortie.

17h35Nous prenons la direction du pont pour passer le fleuve Suchiate qui délimite la frontière entre les deux pays et payons à l'entrée du pont une taxe de 1 Q pour laquelle on reçoit cette fois-ci un reçu (taxe municipale de mémoire). A ce niveau là nous sommes vite harcelés par les passeurs en pousse-pousse qui tiennent à tout prix à nous emmener pour gagner trois sous et par les changeurs de monnaie qui pratiquaient un taux de change nettement défavorable (1 Q pour 2 pesos au lieu de 2,5). Heureux d'avoir passé une première moitié de frontière sans y avoir perdu des plumes, nous acceptons d'être conduits en pousse pousse pour 40 Q (notre viligence anti-arnaque ne devait plus fonctionner) jusqu'au poste frontière mexicain de l'autre côté du pont. Le type sympa mais roublard nous a bien sûr fait croire que le poste frontière était bien plus loin qu'il ne l'était réellement, c'est à dire environ 800 mètres plus loin. Il a ensuite tenté de nous faire croire qu'il y avait encore une autre taxe à payer de 15Q pour pouvoir franchir le pont que nous refusons de payer à trois types qui barraient la route et qui avaient tout sauf l'air d'agents administratifs (probablement ses compères). Notre conducteur fait mine de payer lui-même la somme et poursuit sa route en notre compagnie. Après tout, si cette taxe existait vraiment, il lui serait quand même resté 25 Q ce qui est encore exceptionnel au Guatemala pour cinq minutes de vélo. Par comparaison, les passeurs prendraient 10 Q pour faire passer les immigrés clandestins venus du Salvador ou du Honduras sur des embarquations de fortune faites de chambres à air de camion et de planches de bois.

17h45 : Nous arrivons au bureau des formalités d'immigration mexicain qui se trouve de l'autre côté du pont sur la droite, remplissons le formulaire habituel, faisons tamponner nos passeports et nous faisons remettre le petit document qu'il nous faudra remettre à notre sortie du territoire mexicain. Nous sommes les seuls à passer la frontière à ce moment là et ne perdons donc pas beaucoup de temps.

18h00 : Notre chauffeur qui nous attendait devant l'entrée du bâtiment, nous fait remonter dans son pousse-pousse pour nous déposer trente mètres plus loin à la sortie du poste frontalier où un agent des douanes fouille rapidement deux de nos sacs. Nous saluons magnanimement notre chauffeur qui ne peut visiblement pas continuer plus loin et continuons à pied sur la Secunda Oriente. L'arrêt des colectivos en partance pour Tapachula se trouve moins de 300 mètres plus loin à l'intersection de cette rue et de l'Avenida Central Sur. Bien sûr, il y a là encore des pousses-pousses, mexicains cette fois-ci, mais tout aussi filous qui proposent leur service en se gardant d'annoncer qu'il n'y a que 3 minutes de marche.

Cartes de Tecún Umán avec localisation des postes de formalités de sortie et d'entréeCartes de Tecún Umán avec localisation des postes de formalités de sortie et d'entrée

Cartes de Tecún Umán avec localisation des postes de formalités de sortie et d'entrée

18h20 : Nous prenons un colectivo pour Tapachula situé à 35 km de là moyennant 29 pesos. Ce minibus de type Toyota Hiace n'arrêta pas de charger des passagers pendant le trajet, pour terminer à l'arrivée plein comme un oeuf à 22 personnes dans un véhicule sensé en contenir probablement 14 au maximum !

19h00Nous arrivons à Tapachula et demandons à être déposés à proximité du terminal de bus OCC/ADO.

23h45départ pour Puerto Escondido avec la compagnie de bus OCC moyennant 728 pesos par personne (36 €).

13h00 (6 juin) : arrivée au terminal de Puerto Escondido, enfin !

Carte de Tapachula et Localisation du Terminal des bus :

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article

Thesis writing servcie 29/10/2016 08:47

Wow.. Beautiful place indeed. Must visit place. The kid in the above pic so cute and the clarity of the image is also too good. Totally I liked your blog :)